No « Québec bashing » (droit de réponse!)

Bonjour Aragonne,

Je suis en accord avec plusieurs des énoncés de ton article, comme par exemple:
— «trois peuples [vivant] de façon relativement harmonieuse depuis plusieurs siècles»; quoique s’il est possible de dire qu’il n’y a « que » trois peuples (« fondateurs »?), il n’est pas possible de dire qu’il n’y a que trois « ethnies » ou « origines ». Ce serait faire l’impasse et ignorer superbement les immigrants de dizaines de pays qui eux aussi, à leur façon, ont contribué à ce que le Canada est aujourd’hui. Ce qui n’excuse bien sûr pas les débordements et excès de communautarisme qu’il faut dénoncer.
— l’importance de la protection de la langue française; d’accord. Mais il faut cesser de diaboliser « l’Anglophone » comme l’ont fait plusieurs manipulateurs dans le but de nous faire croire que tout au Québec est mieux qu’ailleurs. Cette façon de faire permettant à certains Québécois francophones d’abuser allègrement de la naïveté et de la crédulité de leurs concitoyens en brandissant un épouvantail des plus fragiles.

Pour plusieurs autres éléments, je suis en total désaccord avec tes énoncés qui relèvent plus de la croyance, de la pensée magique que de la réalité quotidienne. D’autre part, parler de « Québec Bashing » dès qu’il s’agit d’émettre des critiques représente (selon mes valeurs) une attitude fermée et répréhensible parce qu’elle relève du même gabarit que «ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi». Cette attitude ferme la porte à toute critique, toute remise en question. Encore une fois c’est du même niveau que de cataloguer de « raciste » le fait de critiquer une personne d’une autre couleur ou religion ou autre parce qu’elle a commis un acte criminel en prétextant que la personne qui critique ignore le crime et ne voit que la couleur ou ne considère que la religion. Le « Québec bashing » ne mérite cette expression QUE lorsqu’il s’agit d’émettre des critiques non fondées, calomnier faussement. Lorsqu’il s’agit de faits, de vérités connues, prouvées, ce n’est pas du « Québec bashing ». C’est de la lucidité.

1) «Un bon système de santé accessible à tous»
Pour moi, c’est exactement le contraire. Il s’agit effectivement d’un système « presque » entièrement gratuit mais la plupart du temps inaccessible lorsqu’on en a vraiment besoin. Les histoires d’horreur sont légion et connues par ceux et celles qui ont un minimum de réalisme. Juste quelques unes, la liste exhaustive serait trop longue: attentes interminables et intolérables aux urgences, attentes interminables et intolérables pour consulter un spécialiste, refus des médecins de se déplacer à domicile, coût intolérable et toujours en croissance du système de santé qui favorise les « soignants » au détriment des malades, etc. Pour moi, le système de santé est un des pires (sinon le pire) que j’ai connu. J’ai vécu (pas seulement « voyagé) sur trois continents, dans six pays et partout, même en Afrique, j’ai connu mieux qu’ici.

2) «Nous donnons généreusement (parfois trop) au gouvernement, pour que les députés que nous avons élus démocratiquement prennent soin de nous collectivement, prennent soin des plus faibles d’entre-nous.»
Nous ne « donnons » pas au gouvernement. Nous nous faisons sur-taxer, extorquer et rançonner par les gouvernements, les municipalités pour des services qui nous restent souvent hors de portée, coûteux ou inutiles. La proportion de « valeur » (rapport marchand entre la qualité ou la nature du bien ou service obtenu contre paiement ou ce que j’appelle « rançon » ou même extorsion) ne cesse de diminuer au fil du temps.
Le Québec, une démocratie? Des politiciens élus « démocratiquement »? Quelle sinistre farce! Le Québec est géré par des affairistes de tout poil, par des groupes mafieux, par des syndicats aussi avides qu’irresponsables, par des lobbies, par des groupes de pression de toute sorte. Il n’existe toujours pas de vote « proportionnel » malgré les différentes « promesses » des divers gouvernements qui se sont succédés. Tenter de faire croire au bon peuple québécois qu’il y a des gens de droite et de gauche (le PQ?) est une escroquerie intellectuelle. Parmi les « grands » partis (grands = nombre d’électeurs) l n’y a QUE des partis de droite qui malmènent et rançonnent les plus faibles. Sans parler de tous les petits irritants quotidiens qui, observés d’un autre angle de vue que celui de la « bien-pensance », donnent exactement l’impression du contraire. Le Québec est une « démocratie » pour les citoyens qui se tiennent tranquilles, ne font pas de vagues et acceptent de se comporter en moutons. Pour ceux et celles qui « résistent », ou qui vivent des problèmes (divorce, chômage, maladie, vieillesse), le Québec ne vaut pas mieux qu’un camp de concentration pour Bisounours ou Télétubbies.

3) «Les Anglais du début de la colonie ont évolué en Canadiens anglais d’aujourd’hui et encore à ce jour (de même que certains Québécois) ils essayent de faire disparaître ce petit peuple, ces empêcheurs de tourner en rond que sont les Québécois».
Encore une fois, il faut cesser de diaboliser « les méchants Anglais », ça en devient ridicule. D’abord ils s’en moquent royalement les Anglais, ayant d’autres chats à fouetter. En fait, ils n’en ont rien à faire et ils ont raison. Il faut cesser de se croire persécutés par les Anglais qui, au pire, nous ignorent.

4) «Dénigrement et élimination de notre langue Les Québécois sont le plus gros regroupement de personnes ayant le français comme langue maternelle en Amérique du Nord.» Oui, il faut sans doute lutter pour conserver et utiliser la langue française, oui on est mal servi en français dans l’Ouest. Mais au lieu de toujours se focaliser sur l’extérieur, il faudrait commencer par apprendre à s’exprimer correctement dans un français correct. J’ai bien conscience que l’oral peut être différent de l’écrit mais il y a des limites à utiliser une langue massacrée au quotidien. Et les médias sont loin de donner l’exemple. Tous les jours, quelle que soit la fréquence radio, la chaîne ou le canal de télévision, tous les jours, chaque jour, j’entends des erreurs grossières, des fautes de langage, des inepties, des syllogismes, des erreurs de syntaxe, de conjugaison, régulièrement, sans arrêt. Guy Bertrand « l’ayatollah de la langue française » à Radio-Canada a du travail pour les cent cinquante prochaine années. Minimum.

5) «corruption endémique». Mais oui, il y a de la corruption au Québec. Et oui, elle est endémique. Et le magazine MacLeans avec son titre sans état d’âme «Quebec: the most corrupt province» était encore en-dessous de la réalité. Ce titre avait fait son apparition en 2010. Nous sommes en 2014 et depuis quatre ans, on en a appris encore plus sur toutes les malversations possibles existant au Québec. Le niveau d’abjection et de corruption a dépassé le stade de l’écoeurement. Et encore, on n’a même pas fait le relevé exhaustif de la situation! Tout le monde sait que même après tout ce temps, la Commission Charbonneau pourrait encore continuer son travail pendant quelques années et on découvrirait encore d’autres affaires puantes. Oui, peut-être qu’il y a d’autres provinces où la corruption est encore plus étendue qu’au Québec. Et alors? Les scandales mis à jour ici en sont-ils pour autant amoindris? Et alors? On va se comparer aux pires (et quelles seraient ces autres « pires provinces » au Canada?); on va continuer à s’auto-congratuler en se disant: «pas grave, il y a pire ailleurs »?

C’est ça le Québec d’aujourd’hui et de demain?

Publicités

Une réflexion sur “No « Québec bashing » (droit de réponse!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s