Immigrants et partis politiques

Il est formellement déconseillé aux immigrants (et même aux autres) de voter pour une quelconque indépendance ou autonomie du Québec et donc de voter pour le PQ. Et ce conseil pourrait aussi concerner les personnes rejetées sur l’Aide Sociale (B.S.).

Un immigrant, victime de xénophobie ou de non reconnaissance de diplôme durant des années et des années, qui n’aura pas pu travailler au Québec ou seulement « au noir », « sous la table » ou pour « des peanuts », peut se retrouver à la retraite à 65-67 ans avec une allocation de ZÉRO dollar de la part du gouvernement québécois. Oui, je parle bien de la vénérée (trop vénérée) et non moins inique RRQ, la Régie des rentes du Québec. Zéro, 0, rien, zilch, niets, nada.

Par chance, il existe un filet de secours (mince, mais existant) canadien —donc au niveau fédéral— qui peut lui assurer un montant d’environ 550 dollars/mois (après 40 ans de séjour) et qui s’appelle la SV (Sécurité Vieillesse). En plus de cette SV, le retraité appauvri aura aussi droit au SRG (Supplément de Revenu Garanti) qui peut atteindre 750 dollars/mois pour une personne seule. Le tout pour un total de 1200 à 1300 dollars/mois environ. Minimaliste, mais tenable; en faisant très attention et en se privant de beaucoup de choses.

En ce qui concerne les naïfs et autres gogos qui ont déjà cru que le Parti Québécois était un parti « social démocrate de gauche » qui protège les faibles et les démunis en attendant « le grand soir » (l’indépendance magique qui nous libèrera de l’oppresseur fédéral anglophone) en apportant à tous paix, joie, bonheur, argent, poutine et hockey; il est temps de remettre les pendules à l’heure: le PQ n’est qu’un vulgaire parti de droite (mais qui prétend le contraire), voire d’extrême droite, à tendance nationaliste « de souche pure laine » qui mise sur la peur, les dogmes et le flou artistique pour tenter de s’imposer. De l’autre côté, le Parti Libéral du Québec, lui aussi un parti de droite, qui n’est qu’un parti affairiste comme n’importe quel autre parti affairiste. Les deux partis n’ayant qu’un seul but: être au pouvoir ou rester au pouvoir, se faire élire ou réélire. Le PLQ se drape dans une prétention de capitalisme doux, de « bonne gestion », inclusive pour tous les résidents. Le PQ lui se drape dans la protection des intérêts des Québécois et la lutte contre les méchants fédéralistes dans la perspective d’une certaine autonomie voir d’une indépendance. Les deux bernent la population autant l’un que l’autre, mais de façon différente.

Le PQ a principalement engraissé des syndicats aussi immondes que voraces qui, en contrepartie, ont contribué à les faire élire ou réélire directement (votes). Le PLQ a principalement engraissé des firmes privées pour récolter des fonds qui, en contrepartie ont contribué à les faire élire ou réélire indirectement (contributions électorales). Les deux sont aussi menteurs, abjects, malhonnêtes et profiteurs l’un que l’autre.

À mes yeux, il ne reste que QS (Québec Solidaire), malheureusement trop indépendantiste ou bien la CAQ (Coalition Avenir Québec), malheureusement un peu trop à droite. Bien sûr, il est aussi possible de lorgner vers le Parti Vert (Écologie), le Parti Rhinocéros ou autre parti marginal. Malheureusement, ces options ne feront rien changer à court ou moyen terme, la société étant bien trop profondément gangrénée par les profiteurs.

Autrement dit, à la retraite, sans RRQ et sans rien de « québécois », le seul secours qui existera pour un retraité appauvri, seul, écarté ou éjecté du marché de l’emploi, proviendra du gouvernement canadien. Constat implacable: le gouvernement québécois peut vous laisser crever sans aucun état d’âme. S’il n’y avait plus que le Québec pour s’occuper de ses habitants, un grand nombre d’entre eux n’aurait plus qu’à crever la gueule ouverte en brandissant un beau drapeau fleur-de-lys en guise consolation et d’allégeance. Depuis plus de 30 ans, les partis (PQ, PLQ) qui se sont succédés au gouvernement du Québec n’ont strictement rien fait pour que cela change. Trop occupés qu’ils étaient à engraisser les porcs syndiqués et syndicaux et autres profiteurs du système, ce qui leur garantissait en quelque sorte —en alternance— un certain nombre « garanti » d’apports de voix et de votes politiques lors d’élections. Le PQ et le PLQ sont autant à blâmer l’un que l’autre. Le PLQ c’est les emmerdements assurés, mais avec un garde-fou fédéral. Avec le PQ, c’est l’enfer garanti, la noyade dans la misère et sans aucune bouée de sauvetage ni garde-fou. La peste ou le choléra? Charybde ou Scylla? Un « non-choix » cornélien et abominable.

Ainsi, tous les laissés pour compte, les abandonnés du système, ceux et celles qui ne se sont pas fait « acheter » (par ou pour leurs votes) grâce à diverses arnaques politiques ou sociales (clientélisme, faveurs diverses, cooptation, avantages aux syndiqués, faveurs politiques, offres d’emploi truquées, passes-droits, corruption, collusion, malversations, favoritisme, privilèges, népotisme, etc.) par ces politiciens gougnafiers rapaces, profiteurs, charognards, cyniques, corrompus; n’ont plus qu’à crever en silence ou attendre leur maigre « droit de survie » des bienfaits (parcimonieusement mesurés, mais existants) de la part du gouvernement fédéral.

Bonne réflexion et bon courage aux personnes concernées.

Publicités

4 réflexions sur “Immigrants et partis politiques

  1. Que de cynisme, de désespoir et de colère refoulée, en fait pas tant refoulée que ça. Même en n’était pas immigrant, avec les deux pensions (fédérale et provinciale), on ne peut pas dire que les retraités qui ne compte que sur les pensions gouvernementales pour vivre, vivent dans le luxe… Ils ont mis un peu d’argent de côté ? J’espère qu’ils l’ont caché sous leur matelas parce que sinon bye bye pensions gouvernementales jusqu’à ce que leur petit pécule ait fondu comme neige au soleil (quoi que le soleil chaud en ce moment ça relève presque de l’utopie). J’ose même espérer que leurs besoins sont pas mal près de la simplicité pas très volontaire. Et je t’épargne le discours de ma mère (veuve et presque retraitée) qui se fait des ulcères de colère (totalement justifiée) parce que selon elle, le gouvernement (peu importe la couleur du jour) vole les veufs et les veuves. Je pense bien qu’elle va leur intenter un recours collectif dans pas long. Son projet de retraite je pense. Tout un défi.

    Cela dit, le PLQ et le PQ… Blanc Bonnet et Bonnet Blanc. Le PQ s’est perdu en cours de route, quelque part sur une route secondaire de nos régions elles-mêmes secondaires devant les dictats de Montréal et de Québec. Le PLQ tant qu’à moi, ne pense qu’à ses poches et à se faire réélire, garder le pouvoir et se fout pas mal du «petit peuple», peu importe qu’il soit immigrant ou de souche. Je vais m’ouvrir les veines plutôt que voter PLQ. Voter PQ ? Bof… On verra qui sera leur nouveau chef et comment il remettra ce parti mourant sur pied. La CAQ ? Pitié. QS ? Des idéalistes. Ça me plait. Mais manque un peu de réalisme au niveau du budget, ce qui me plait moins.

    Penses-tu que l’austérité va se terminer avec l’hiver ? Mais comme celui-ci n’en fini plus, ça me laisse peu d’espoir à ce sujet.

    J'aime

    • Je pense que ta mère a entièrement raison d’être en colère. Comme les chômeurs ont également le même droit, puissance 10. Les chômeurs qui après avoir cotisé (les entreprises aussi, je sais) se sont littéralement fait voler, racketter les sommes accumulées, distribuées maintenant au compte-goutte.
      Je ne vois aucune différence entre ces gouvernements et la mafia. La mafia a au moins « l’honnêteté » de ne pas se prétendre « honnête », de ne pas jouer les vierges offensées et de ne pas donner de leçons.
      Le PLQ ne pense qu’à ses poches et à se faire réélire tu dis? Tu as raison. Mais le PQ fait exactement la même chose, d’une façon différente ET en se cachant derrière un credo souverainiste qui, non seulement n’arrivera pas prochainement, mais en plus leur sert de prétexte pour ne pas se saborder et continuer à leurrer leur électorat. Pour moi, ils ne sont pas mieux l’un que l’autre.
      ____________POINT-TECHNIQUE______________
      Je crois cependant (et j’en suis quasiment certain, je l’espère) que tu te trompes sur un point « technique »: Lorsque tu parles d’argent mis de côté «parce que sinon bye bye pensions gouvernementales jusqu’à ce que leur petit pécule ait fondu», je pense qu’il y a erreur. Les deux pensions fédérales attribuables au Québec (la SV et le SRG — je ne parle donc pas du RPC, qui concerne les autres provinces) ne sont pas calculées ni attribuées en fonction des liquidités ou des biens que le/la retraité/e possède.
      La base principale de calcul (ce n’est pas la seule) ne considère que les revenus (autres pensions, dividendes, etc.) pour l’attribution du SRG selon le niveau de revenu global du foyer familial.
      L’attribution de la SV étant quant à elle donnée à tous les résidents canadiens (à condition d’avoir atteint 65 ans, ou 67 ans -selon la date de naissance-).
      Par ailleurs, la SV n’est donnée à 100% que si la personne a séjourné au moins 40 ans au Canada, au prorata des années (mais pas des revenus). Pour 20 ans de séjour, ça donnera donc 50% des 550$ dont je parle plus haut.
      ____________FIN-DU-POINT-TECHNIQUE______________
      Quoi qu’il en soit, et c’était l’exposé principal de ma « dénonciation », le gouvernement du Québec n’a AUCUN filet de secours pour les retraités qui n’ont pas pu cotiser à la RRQ.
      Ceci dit, je ne me fais pas non plus d’illusion sur la probité et l’honnêteté du gouvernement fédéral actuel qui, pendant plusieurs années, a caché aux retraités pauvres leur droit à recevoir la SRG. Il a fallu qu’ils se renseignent, qu’ils fouillent, qu’ils le demandent; sinon, rien ne leur était versé de façon automatique.
      Et tu as raison, ma colère n’est pas refoulée et ne le sera jamais (ce serait mauvais pour la santé).

      J'aime

      • Je t’avoue ne pas être très au courant des détails techniques de la retraite (dans 30 ans encore c’est loin un peu). Je pense que c’est le supplément de revenu garanti qui est coupé si tu sors des REER ou a une pension d’un régime de retraite. D’un autre côté, si tu as assez d’argent pour vivre, pourquoi le gouvernement t’en donnerait en plus alors qu’il y a plein d’autres citoyens qui ont peu ou pas de REER et pas de régime de retraite privé non plus.

        Pour le PQ, il a carrément besoin de se réinventer.

        Il y a encore beaucoup d’injustices et d’iniquités dans notre partie de pays. Cependant, le nombre de citoyens qui ne payent pas d’impôts au Qc est assez effarant. Les riches et les grosses entreprises se trouvent des paradis fiscaux d’une façon ou d’une autre. Il ne reste que la classe moyenne qui commencent à avoir le dos pas mal large pour toutes les responsabilités qu’on lui met sur le dos. L’avenir se semble pas très joyeux et l’austérité est carrément déprimante, car au lieu d’optimiser et d’améliorer les processus, les façons de faire, on fait des coupes à blanc qui vont avoir des impacts indésirables considérables dans quelques années.

        Bref… Je vais essayer de rester optimiste en voyant le soleil revenir et peut-être le printemps avec lui.

        J'aime

  2. Tu as raison en ce qui concerne l’influence des REER retirés par rapport au SRG. Le SRG est d’ailleurs influencé par TOUS les revenus qu’il est possible d’avoir à la retraite (contrairement à la SV). Mais, heureusement, l’équation est plus complexe. Et la baisse du SRG se fait de façon dégressive. Ce n’est pas parce que tu retires 500$ de tes REER (pour ceux qui en ont) que le SRG passe à zéro… La baisse se fait par paliers… Heureusement.
    http://www.servicecanada.gc.ca/fra/services/pensions/sv/paiements/index.shtml
    J’avais d’ailleurs précisé plus haut «selon le niveau de revenu global du foyer familial.».

    Quand tu dis « assez d’argent pour vivre », eh bien, ça ne veut rien dire !!
    Si on parle de Thierry Vandal il a par exemple « besoin » de près 450000 dollars par an pour vivre… Il faut (et il y a , HEUREUSEMENT des barèmes fixes et précis. On ne t’octroie pas, ou on ne te refuse pas la SV (et surtout le « SRG ») parce que tu as, ou n’a pas, « assez d’argent pour vivre », mais bien parce que ton niveau de revenu familial atteint ou n’atteint pas tel ou tel montant précis et bien établi (environ 1250 $ pour une personne seule, à la retraite après 65 ans). Quelqu’un qui a une retraite de plus de 20000,00 $/an par exemple n’a pas droit au SRG…

    Comme tu dis, les injustices dans ce pays sont innombrables, même si ce n’est pas (pas encore…) le Bangla-Desh… Au Canada, pays occidental, le Québec, puisqu’on en parle, a besoin de « club des petits-déjeuners » parce que des enfants ONT FAIM et partent à l’école l’estomac vide. Pendant ce temps-là, banques et multinationales se gavent aux frais de tous, pratiquent l’évasion fiscale et vont thésauriser dans les paradis fiscaux. C’est absolument criminel. Et ça se fait avec la complicité de tous les gouvernements.

    Et, malheureusement, vu que ça s’aggrave, je ne vois aucune raison d’être optimiste, du moins en ce qui me concerne. J’en suis totalement incapable. Et je reste en colère.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s