Heracleum Mantegazziani

Le Québec commence à peine à entendre parler d’une terrible plante, vénéneuse (et non pas « venimeuse »), dangereuse, irritante, envahissante: La Berce du Caucase… Une plante qu’on retrouve de plus en plus un peu partout.
Étonnamment un groupe de musiciens (assez connu, vous allez voir) —et non pas un groupe d’environnementalistes, ou de jardiniers ou autres herboristes et botanistes— a commencé à parler de cette dangereuse plante il y a déjà presque 45 ans…
Et personne ne semble les avoir pris au sérieux et à peine écouté les paroles de la chanson… Mais quelle chanson au fait?
Eh bien, pour vous mettre sur la piste, il faut d’abord savoir comment se traduit « Berce du Caucase » en anglais…
Vous ne savez pas? Bon, allez, je vous le dis: «GIANT HOGWEED»… Ça ne vous dit toujours rien?
Alors d’accord, je commence par l’avertissement sur le site du gouvernement du Québec (Ministère de la santé et des services sociaux… c’est sérieux!)… Suivi d’un lien vers la chanson en question… Vous allez voir, ça va finir par vous dire quelque chose…

.

MSSS-Québec

http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/environnement/index.php?berce-du-caucase

.

LIEN MUSICAL

https://www.youtube.com/watch?v=gTuJQL8GBqY

.

TEXTE DE LA CHANSON

« The Return Of The Giant Hogweed »

Turn and run!
Nothing can stop them,
Around every river and canal their power is growing.
Stamp them out!
We must destroy them,
They infiltrate each city with their thick dark warning odour.

They are invincible,
They seem immune to all our herbicidal battering.

Long ago in the Russian hills,
A Victorian explorer found the regal Hogweed by a marsh,
He captured it and brought it home.
Botanical creature stirs, seeking revenge.
Royal beast did not forget.
He came home to London,
And made a present of the Hogweed to the Royal Gardens at Kew.

Waste no time!
They are approaching.
Hurry now, we must protect ourselves and find some shelter
Strike by night!
They are defenceless.
They all need the sun to photosensitize their venom.

Still they’re invincible,
Still they’re immune to all our herbicidal battering.

Fashionable country gentlemen had some cultivated wild gardens,
In which they innocently planted the Giant Hogweed throughout the land.
Botanical creature stirs, seeking revenge.
Royal beast did not forget.
Soon they escaped, spreading their seed,
Preparing for an onslaught, threatening the human race.

The Dance Of The Giant Hogweed

Mighty Hogweed is avenged.
Human bodies soon will know our anger.
Kill them with your Hogweed hairs
HERACLEUM MANTEGAZZIANI

(The return of the Giant Hogweed, album « Nursey Cryme », 1971 — Genesis)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s