PET et RÉPÈTE

PET et RÉPÈTE s’en vont en bateau.

PET tombe à l’eau, qui qui reste ? RÉPÈTE…

Pierre-Elliot Trudeau (père) & Justin Trudeau (fils)

Pierre-Elliot Trudeau (père) & Justin Trudeau (fils)

Voilà une vieille blague de mon enfance qui devient tout à coup d’actualité. En effet, le lundi 19 octobre 2015, lors des élections fédérales au Canada, le Parti libéral du Canada (PLC) avec Justin Trudeau à sa tête, a été élu gouvernement majoritaire. Justin Trudeau, fils de feu notre ancien premier ministre Pierre-Elliot Trudeau ou P.E.T.[1] pour les intimes. Trudeau et son multiculturalisme fétiche qui revient au goût du jour. Personnellement, le multiculturalisme me laisse plutôt un goût de vomi dans la bouche. À force de trop vouloir mélanger toutes les saveurs et toutes les couleurs, ça donne de la bouette brune et indigeste. Sans vouloir juger la Grande-Bretagne, il me semble que le multiculturalisme n’y a pas donné d’excellents résultats. Personnellement, je préfère la modération : une bonne base commune homogène avec un petit peu de ci, un petit peu de ça pour donner du goût et du piquant.

Qu’en est-il des autres partis qui se présentaient ?

Exit le Parti conservateur du Canada (PCC) qui devient le parti de l’opposition officielle et probablement Stephen Harper. Tout le monde suppose qu’il quittera la tête du PCC prochainement.

Exit le Nouveau Parti démocratique (NPD) qui devient le 2e parti d’opposition. On suppose que Thomas (ou Tom selon les versions) Mulcair restera comme chef de ce parti. Où est allée la vague orange de la dernière élection ? Avec le PLQ faut croire. Amère déception quand même pour le successeur de feu Jack Layton qui avait amené son parti à une nouvelle consécration juste avant de mourir. Au moins Mulcair a été élu, de même que le représentant de ma circonscription, même si je n’ai pas voté pour lui. J’en suis contente, car il avait fait du bon travail comme député.

Exit le Bloc Québécois, avec seulement 10 candidats élus, il ne peut prétendre à l’officialisation de son parti et donc bye bye le cash-flow du fédéral. Gilles Duceppe a annoncé sa démission comme chef. Lui qui était revenu juste pour les élections, car Mario Beaulieu (alors chef du BQ) n’avait pas les appuis ni le soutien nécessaire des partisans ni même de la population pour espérer mener le BQ vers l’élection d’un nombre suffisant de candidats. Gilles Duceppe n’a pas non plus réussi, mais à tout de même remis l’étincelle dans le parti qui avait subi une sévère raclée il y a 4 ans lors des dernières élections fédérales (seulement 2 candidats élus). Monsieur Duceppe a fait remonter ce nombre à dix, un petit deux de moins du minimum requis de 12 candidats pour officialiser le parti. Amère défaite, monsieur Duceppe n’a pas non plus réussi à se faire lui-même élire dans sa circonscription.

Exit le Parti vert du Canada, seule sa chef, Élizabeth May a réussi à se faire élire, personne n’est surpris.

Les résultats du vote étaient clairement anti-Harper. Mais pourquoi Trudeau ? Si jeune, inexpérimenté en politique (mis à part la filiation paternelle) et sommes toute qui m’a toujours paru vide en substance, vide de contenu, qui touche à tout et qui a le discours «tout le monde sont nos amis», pour qui la burqa et le fait de prononcer son serment de nouveau citoyen du Canada caché sous une burqa est une chose tout fait normal et acceptable. Pourquoi le PLQ alors que tout le monde sait que c’est un parti passé maitre dans la magouille, les jeux de coulisse, les tromperies et le vol des fonds publics à haut niveau ?

Néanmoins, malgré ma mauvaise opinion de Justin Trudeau[2] et du PLC, ce nouveau chef apporte un vent de fraicheur qu’on n’a pas vue depuis fort longtemps. Un chef proche du monde, un chef jeune et dynamique. Un premier ministre qui n’hésite pas à rire de lui-même à prendre la vie avec un grain de sel. Avec le gouvernement Harper, le Canada n’était plus que l’ombre de lui-même. Un Canada passé du côté obscur de la Force[3]. Un Canada qui appuyait de façon indéfectible à l’État d’Israël malgré les faux pas violents envers les Palestiniens[4]. Un Canada qui a laissé nombre de ces citoyens qui étaient mal pris à travers le monde. Un Canada qui offrait un soutien financier à divers pays au pris avec divers problèmes socio-économiques, et ce, basé uniquement sur des valeurs vraiment conservatrices, telle que la santé maternelle auquel on excluait tout financement en lien avec l’avortement ET la contraception. Un Canada qui refusait de faire la lumière sur les circonstances nébuleuses des trop nombreuses disparitions/morts violentes/suicides élevés des femmes et des enfants autochtones. Un Canada qui n’avait que les sables bitumineux à la bouche et excluait de ses préoccupations et de ses engagements les problèmes environnementaux. Un Canada qui muselait ses scientifiques et pour qui la diffusion de l’information et les échanges avec les journalistes étaient évités ou carrément ignorés. Un Canada dont les relations internationales étaient devenues, disons boiteuse.

Un Canada qui était devenu une honte à mon sens.

Bien entendu, le PCC et Stephen Harper n’étaient pas le diable en personne. Ils ont aussi fait des bonnes choses… Ils avaient le mérite de ne pas être mous, même s’ils étaient plutôt tordus à l’occasion. Ils ne se gênaient pas pour tenir tête aux Américains ou de faire contre l’opinion des Américains. Ils avaient aussi mis en place plusieurs mesures fiscales forts intéressantes pour les familles et la classe moyenne.

Exit Harper et le PCC. Vive la Trudeaumanie ! Euh non pas à ce point-là quand même, du moins dans mon cas. On va lui laisser faire ces preuves et j’espère que Trudeau ne sera pas la coquille vide qu’il m’a toujours paru.

[1] L’aéroport de Montréal a été renommé en son honneur il y a plusieurs années déjà.

[2] Sachez cependant que je ne connais pas monsieur Justin Trudeau personnellement, je ne l’ai même jamais rencontré ni serré la main, bien que cela soit à la mode ces temps-ci. Je ne peux me faire une opinion de lui que basée sur son image publique, ce qu’il dit et fait en public, ce qu’on dit et montre de lui dans les médias. Ainsi, ma mauvaise opinion de Justin Trudeau, ne tient pas à sa personne ou à sa personnalité, mais plutôt de son personnage public, de son image quoi. Cela dit, peut-être ses actions et paroles futures me feront-elles changer d’idée d’ici les prochain quatre ans.

[3] Ais-je besoin de préciser que c’est un jeu de mots avec le nouveau film de Star Wars qui sort prochainement ?

[4] Je ne prends aussi aucun parti. C’est un conflit vraiment compliqué et je ne suis pas assez informée sur le sujet pour porter un jugement éclairé qui soit digne de ce nom.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s