Le chemin de traverse

On parle beaucoup des migrants depuis cet été. Bien évidemment je parle de ceux qui traversent la frontière canado-américaine de façon illégale ou irrégulière. Ceux qui prennent le chemin de traverse à St-Bernard-de-Lacolle. Je lis les commentaires de certains sur les médias sociaux et beaucoup mélangent les pommes avec les bananes. On compare les montants d’argent et services pour leur subsistance qui leur sont offerts avec le fait que nos ainés en CHSLD ne peuvent recevoir plus d’un bain par semaine… Entre vous et moi, ça n’a absolument aucun rapport. D’abord parce que l’immigration (et les migrants qui vont avec) est de juridiction fédérale et que la santé, dont les bains de nos aînés en CHSLD, est de juridiction provinciale. Deux poches, deux budgets qui n’ont aucun lien entre eux. Bien entendu, dans le cas des migrants, il y a collaboration des deux paliers de gouvernement, la poche de l’un verse dans la poche de l’autre. En effet, le fédéral donne une grosse somme d’argent aux provinces pour le nombre de migrants/immigrants qu’elles ont recueillis. Contradictoire ce que je viens de dire ? En effet, mais dans tous les cas, on les recueille quand même, et on installe des tentes et des toilettes quand ils arrivent tous les jours par centaines ou par milliers et après on les héberge et on les nourrit quelques temps dans des centres. Puis on leur donne un montant de subsistance pour la suite, on n’est pas des barbares. On ne laisse pas des êtres humains coucher dehors dans la boue et on ne les laisse pas crever de faim non plus quand on peut faire autrement. Puis on étudie leur dossier et après on les renvoie dans leur pays d’origine s’ils ne sont pas acceptés ou on leur donne des papiers officiels pour qu’ils puissent rester au Canada. Au moins 60% de tous ces migrants illégaux seront refusés et retourner dans leur pays d’origine.

Dans le cas précis des migrants qui arrivent en masse (par centaines) chez nous en ce moment, je suis contre ce chemin de traverse qu’ils prennent. Ils n’étaient pas en danger de mort aux États-Unis. Oui leur statut était précaire et de plus en plus incertain à cause des déclarations de Trump, mais ils auraient du mieux s’informer et faire des démarches légales pour venir chez nous, pour venir au Canada. Le Canada et le Québec sont grands, il y a de la place pour tout le monde je trouve, mais pas la peine de prendre les petits chemins du sous-bois pour passer illégalement la frontière.

Fais un bon futur citoyen de toi-même et procède selon les lois et règlements du pays duquel tu veux maintenant faire partie. Traverser les frontières lorsque tu es en danger de mort, que tu crains pour ta vie et ta santé ou celle de ta famille ou que tes conditions de vie sont si précaires que tu ne peux faire autrement, OK. C’est une option de dernier recours et cela se justifie auprès des autorités dudit pays qui t’accueille. Mais quand ça fait entre cinq et dix ans que tu es installé quelque part, tu n’es plus un immigré, tu t’es en partie intégré au pays, tu ne peux pas comme ça passer d’un pays à un autre de façon tout à fait illégale en pensant que tu seras accueilli et soutenu comme si la mort était à tes trousses.

C’est aussi la faute à Justin Trudeau pour qui tout le monde est beau et gentil et qui proclamait à tort et à travers que les immigrants étaient tous les bienvenus au Canada. D’une certaine façon il a plus qu’incité ces migrants à tout laisser tomber ce qu’ils avaient entrepris aux É.U. pour venir ici de façon illégale. Beaucoup vont être extrêmement déçus de s’apercevoir que le Canada n’est pas le pays dont ils avaient rêvé…

Bien entendu, je ne compare pas la situation que l’on vit ici avec ce qui se passe en Europe. Ça ne se compare pas. On parle de millions de migrants qui traversent illégalement vers les frontières des pays européens. La situation du Canada ne fera pas pleurer personne. Néanmoins, ce n’est pas une raison pour faire comme si nos frontières n’existaient pas. Si on veut continuer d’accueillir du monde venant d’ailleurs de la bonne façon, leur promettre un avenir meilleur, il faut que ceux-ci respectent nos règles aussi. C’est donnant donnant. Autrement, à la longue ça va dégénérer et ce n’est pas souhaitable pour personne.

Je souhaite la bienvenue aux immigrants. Je pense que faire face à nos différences nous aide à devenir meilleurs. Une société trop homogène ne s’enrichit plus, n’évolue plus et au final périclitera. Mais il en ira aussi de même pour une société trop hétérogène, elle ne saura plus qui elle est ni quelles sont ses valeurs et au final s’entredéchirera et tombera dans le chaos. Je digresse…

Notre pays est beau, très grand, accueillant et il y a de place en masse pour tout le monde, mais ne t’attends pas à ce que ça soit le paradis. Ici aussi tu devras travailler fort, plus fort que tout pour t’intégrer à ta société d’accueil. Et oui pendant de nombreuses années tu auras peut-être l’impression d’être un citoyen de deuxième ordre parce que tu n’es pas né ici, que tu n’es pas blanc, que tu ne parles pas assez anglais, pas assez français, que tes diplômes ou compétences professionnelles ne sont pas reconnus, etc. Et ici, l’hiver fait frette en tas… et plus tu montes au nord et plus les moustiques, mouches et autres bibittes volantes et piquantes sont grosses. 😉 Attache ta tuque avec de la broche parce que tu vas galérer pendant quelque temps. Cela dit, c’est le cas de n’importe quel immigrant et ce dans n’importe quel pays. Il en serait de même pour moi si je souhaitais m’établir ailleurs.

Tu pensais que cela serait facile parce que le système de santé, les services sociaux et l’éducation sont gratuits (ou presque) ? Tu t’es fourré le doigt dans l’œil. Les citoyens qui sont nés ici et qui ont de bons travails et de bons revenus ne l’ont pas eu tout cuit dans le bec (sauf exception). Eux aussi, ils ont bûché pour obtenir leur diplôme et ensuite trouver des petits boulots pour acquérir de l’expérience. Eux aussi se sont fait reprocher de ne pas parler assez bien français ou anglais. Eux aussi ont appris à se débrouiller puis à être bilingues ou presque. Eux aussi doivent travailler quarante heures par semaine et peut-être plus, puis se taper une heure de route dans le trafic, pour ensuite aller chercher les enfants à la garderie (pas mal plus cher qu’avant) ou à l’école (gratuité hahaha c’est bien relatif), puis préparer le souper et les lunchs du lendemain, superviser les devoirs, préparer les bains, le dodo, tout ramasser dans la maison pour ne pas que cela soit trop le bordel au matin, végéter un peu devant la TV (le câble est obligatoire maintenant, sinon t’es mieux de te trouver une excellente antenne…) ou bien sur Internet, puis toi aussi tu t’en vas au lit. Et sais-tu c’est quoi le meilleur ? Demain tu vas vivre exactement la même chose qu’hier. Mais si ça faisait plus que cinq ans que tu étais aux É-U, tu dois bien le savoir.

Bien sûr tu compares le Canada et Haïti et tu te dis que le Canada c’est 100 fois mieux, 1 000 fois mieux. Et depuis que Trump a été élu président des É-U, il y a de fortes chances aussi que le Canada soit mieux à certains égards que les É.U. T’as raison c’est mieux. En tout cas, moi j’ai l’impression que c’est mieux. Tu as un toit solide sur la tête, les rues et les transports en commun sont sécuritaires, tu peux envoyer tes enfants à l’école sans crainte, les épiceries sont pleines de bonnes choses à manger, tu peux aller à l’hôpital et on va te soigner. Ici tes besoins de base seront comblés. Mais après… il y a les autres besoins et ça ne devrait pas te prendre trop de temps pour t’apercevoir ces nouveaux besoins sont aussi exigeants que tes besoins primaires. On vit dans une société de consommation que cela te plaise ou non et cela engendre des besoins qui n’existent pas à Haïti. Mais si tu viens des É.U. tu as bien du t’en rendre compte.

Le Canada ce n’est pas le Pérou (quelle drôle d’expression d’ailleurs). Tu pensais obtenir un permis de travail en claquant des doigts simplement parce que tu passes la frontière de façon illégale ? Si tu es parmi les chanceux, peut-être que tu sauras au printemps 2018 si tu peux rester au Canada. C’est ça qui arrive quand vous êtes des milliers à traverser illégalement de façon soudaine nos frontières. Nos infrastructures ne sont pas faites pour gérer un tel flot de migrants. Tu penses que trouver du travail après sera facile ? Sache que c’est difficile pour les citoyens qui sont nés ici, alors imagine pour toi qui est venu ici de façon illégale.

Malgré tout, cher migrant, je te souhaite la bienvenue. Et j’espère sincèrement que tu vas  bien t’intégrer dans notre pays, dans notre province. Je pense que ta présence enrichit notre société. Mais ça se peut que quand vous arrivez par milliers, on se sente envahis et qu’on vous prenne à rebrousse-poil. Tu arrives chez nous sans demander la permission, sans être invité, on va t’accueillir quand même, mais ça se peut qu’on ait l’air bête pendant quelque temps. Et quand on te connaitra et qu’on verra que tu es une bonne personne qui veut juste vivre une belle et bonne vie parmi nous, dans notre pays, notre sourire va revenir. En attendant, aide-nous quand on te tend la main parce que la collaboration et la coopération, ça se fait à deux.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s